Calvitie: le fatalisme n’est plus de mise !

1. Origine de la perte de cheveux

2. Les microgreffes: une technique innovante


1. Origine de la perte de cheveux

 

Nous avons entre 100 000 et 150 000 cheveux sur notre tête. Ils poussent de 0,3 mm par jour et tombent au rythme quotidien de 50 à 100.

Et même si leur santé est influencée par de nombreux facteurs:  l’alimentation, les émotions, les médicaments, dans plus de 90 % des cas, la première cause de l’alopécie est androgénique, c’est à dire hormonale et héréditaire.

Cette hypersensibilité au niveau du cuir chevelu se transmet génétiquement de père en fils et  saute rarement une génération. S’il n’y a pas de problèmes d’hérédité ou de choc émotionnel particulier, les individus sont programmés pour une trentaine de cycles de 3 à 5 ans chacun. Dans le cas d’une alopécie androgénétique, le cycle de vie du cheveu est raccourci de moitié en raison d’une hypersensibilité de follicules pileux à la testostérone. Une hyperséborrhée est souvent associée.

La perte de cheveux n’est pas un fait brutal dans la plupart des cas. Dans un premier temps les cheveux s’affinent de plus en plus, avant de disparaître complètement.

La progression de la calvitie est variable soit les cheveux commencent à tomber sur les parties hautes gauche et droite du front en marquant une accentuation des golfes des tempes, soit la chute démarre par la tonsure.

Avec le temps bien souvent, les calvities du front et de la tonsure se rejoignent pour aboutir à la calvitie appelée « hippocratique ».

En pratique, il est important de connaitre l’évolution de la calvitie par rapport à l’âge, afin d’en apprécier avec précision le processus et son évolution dans le futur.

 

2. Les microgreffes: une technique innovante

Elles concernent hommes et femmes et sont de plus en plus discrètes. Depuis quelques années, les implants capillaires ont fait des progrès considérables, notamment grâce à la technique des microgreffes.

Si la mode du crane rasé permet à certains hommes d’assumer sans complexe leur calvitie, la majorité vivent la perte de leurs cheveux comme une épreuve, un traumatisme.  Aujourd’hui, des techniques fiables donnent des résultats naturels et définitifs.

Seule solution permanente à la calvitie, le procédé chirurgical. Bien qu’il existe plusieurs techniques; technique des lambeaux, réduction de tonsure, lifting du cuir chevelu ou encore, expendeurs cutanés, la plus pratiquée aujourd’hui reste celle des microgreffes dans 80% des cas.

Principe : il s’agit de réimplanter nos propres cheveux ou plus exactement les racines ou les bulbes, prélevés au niveau d’une zone où ils sont génétiquement programmés pour durer toute la vie (couronne hippocratique), dans les régions clairsemées ou dégarnies.

Les microgreffes ont apportées un véritable progrès en matière d’implants car elles ne se voient pas. Dans la greffe traditionnelle ou mini-greffes, il s’agit d’implanter des greffons qui sont plus volumineux (jusqu’à 15 bulbes de cheveux), technique qui pouvait se révéler inesthétique avec une impression de « champs de poireaux » et quelques fois destructeur pour la zone ou les bulbes étaient prélevés.

Avec les microgreffes, le greffon est seulement de 1 à 3 cheveux.

Les résultats seront plus naturels : une fois réimplantés, les bulbes fourniront des cheveux qui pousseront normalement, que l’on pourra coiffer, tirer, couper, teindre selon les envies.